Rue Vue : le texte et l’image


Photographie et édition vont de pair depuis l’origine, le livre devenant au XXème siècle l’un des vecteurs principaux de la photographie. Cet espace permanent consacré au livre photographique met cette fois à l’honneur la donation faite en 2017 par le photographe Jean-Louis Bloch-Lainé. Celle-ci comprend les archives de son travail réalisé en 1970 pour le  livre « Rue Vue » : planches originales de la maquette, documents d’exploitation.

 

Produit luxueux d’une banque pour ses clients, limité à 600 exemplaires, le livre échappe à l’intérêt promotionnel attendu. Les auteurs créent un objet non académique.

Observation de la rue et de ses occupants, le livre reprend les critiques de la sociologie urbaine des années 1970 : la ville s’analyse désormais en tant que cadre de l’expérience sociale et enjeu du pouvoir politique. Les séquences photographiques, entre chronophotographie et flip book, (points de vues fixes, prises de vues à intervalles réguliers), décomposent les structures à examiner. Ici, le texte et l’image sont interdépendants. La photographie supporte, objective et inspire le discours.

 

Rue Vue

Texte de François Mathey, conservateur en chef du musée des Arts Décoratifs, post-face de André Wogenscky, architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux, photographies de Jean-Louis Bloch-Lainé, mise en page de Antoine Kieffer et Karen Lombard, direction artistique Jean-François Grunfeld, Le Groupe l’Immobilière-Constructions de Paris, imprimé par Draeger Frères, 1970